Les astuces pour bien isoler ses fenêtres

Il est essentiel de faire en sorte de protéger notre domicile contre les pertes de chaleur, et cela passe entre autres par des fenêtres de qualité. Il est essentiel que celles-ci disposent d’un bon niveau d’isolation, et plusieurs actions vous permettent de faire cela convenablement.

Un matériau de base avec bonne isolation

On peut actuellement faire un choix pour ce qui est des matériaux qu’on trouve sur le marché pour faire la fabrication de notre fenêtre. Une des qualités qu’on doit prioriser est le fait que le tout doit disposer d’une bonne protection contre la perte de chaleur. Parmi les matériaux qui possèdent ce genre de qualité, on a le bois, mais aussi le PVC. Parmi les moins performants en termes de protection sur ce plan, il y a les métaux comme l’aluminium. On peut toutefois prendre des mesures pour rendre ceux-ci plus efficaces sur ce plan, comme le fait de les combiner avec d’autres matériaux.

La solution du double vitrage

Pour les fenêtres avec vitrage, il est possible d’améliorer l’isolation thermique en doublant les vitres. Cela rend possible de créer un petit coussin d’air qui va devenir de l’air chaud une fois que la maison est chauffée. Un tel coussin va faire en sorte de bloquer le passage de la chaleur hors de votre domicile. Pour que ce processus puisse se faire, il ne faut pas que l’espace entre les vitres ne dépasse pas les 12mm. En outre, on peut même décider d’utiliser un vitrage triple, ce qui va permettre de rendre le tout plus efficace. Seulement, il ne faut pas aller au-delà de ce stade, car la chaleur risque de trop augmenter.

Utiliser une couche de calfeutrage

C’est une décision assez simple qui vous permet de bénéficier d’une bonne qualité de protection contre la fuite de chaleur dans votre maison. Le tout est assez pratique, car il n’est pas nécessaire de faire des travaux sur votre fenêtre. Il faut simplement faire en sorte de bien appliquer le tout sur la surface de cette dernière. La qualité de la couche de calfeutrage que vous utilisez aura un grand impact sur le niveau d’isolation dont vous allez bénéficier. Vous devez donc bien choisir ces éléments en particulier, et pour cela, il peut être nécessaire de faire des recherches sur le web puis comparer plusieurs marques entre elles.

Revoir la qualité du joint d’étanchéité

Le joint d’étanchéité est un élément d’une grande importance pour ce qui est de la protection de votre maison contre les fuites de chauffage. Avec le temps, il se peut que celui-ci soit un peu usé, et ne soit plus en mesure de répondre au mieux à ses fonctions. Si jamais c’est votre cas, il peut être requis de remplacer ce joint, et c’est une nécessité s’il est en place depuis au moins plusieurs années. En outre, c’est surtout une action qu’on est amené à entreprendre quand on va se charger de faire la rénovation d’un bien immobilier, et non pas quelque chose à faire fréquemment.

Fenêtre: quel vitrage choisir ?

Sachant que 20 % des déperditions thermiques d’une maison se fait à travers les fenêtres et les portes, on se rend tout de suite compte de l’importance de l’isolation thermique de ces dernières. Pour ce qui est de la fenêtre, une grande partie de la performance est assurée par le vitrage. Comment alors choisir le vitrage de vos fenêtres ?

Uw : la valeur de référence qu’il faut connaître

Si vous ne le savez pas encore, Uw ce qu’on appelle le coefficient thermique d’une fenêtre. Il s’agit de l’unité de valeur de la performance thermique de la fenêtre, châssis et vitrage confondus. Ce que vous devez surtout retenir, c’est que plus le Uw est faible, plus la fenêtre est performante thermiquement parlant.

A titre d’information, sachez que le châssis et le vitrage ont leur performance thermique respective. En ce sens, ces deux éléments doivent tous répondre aux critères de qualité précis de la RT2012 sur l’isolation. Ainsi, il est important d’avoir le vitrage adéquat sur vos fenêtres.

Le simple vitrage est désuet

Ce type de vitrage ne répond plus aux normes d’isolation thermique actuelles, il est à bannir de vos façades. Par contre, il est toujours possible d’utiliser ce type de vitrage pour l’intérieur de la maison. Même pour cette application, le simple vitrage n’est pas toujours systématiquement recommandé. Une raison à cela est que le simple vitrage est connu pour être la cause du phénomène de parois froides.

Ainsi, le simple vitrage est surtout utilisé pour les vitrines de meubles comme les argentières ou encore les bahuts. Pour ce qui est des menuiseries, son utilisation n’est plus vraiment d’actualité. C’est pour cette raison que dans le cadre d’une rénovation, les ouvertures sont toutes remplacées par du double vitrage ou du triple vitrage.

Quelques lignes sur le double vitrage

Sur le marché, vous pouvez trouver du double vitrage classique qui est une composition de deux vitres de 4 mm d’épaisseur emprisonnant une lame d’air de 20 mm d’épaisseur. Pour renforcer l’isolation thermique du vitrage, les constructeurs mélangent 90 % de gaz Argon avec l’air. Ce gaz rare est connu pour être plus isolant que l’air ordinaire.

Le double vitrage peut se voir ajouter quelques propriétés encore plus intéressantes en fonction des besoins de votre maison. On peut citer en guise d’exemple, le VIR ou vitrage à isolation renforcée dont une des vitres est tapissée d’un film réfléchissant. Dans un autre cas de figure, vous pouvez avoir du double vitrage renforcé antieffraction. S’il y a une chose à retenir, c’est que le double vitrage est adapté à presque toutes les situations.

Du triple vitrage pour des zones au climat rude

Le triple vitrage est surtout conseillé pour les zones géographiques froides et humides. Ce type de vitrage est composé de 3 vitres de 4 mm, dans leur version standard, emprisonnant 2 lames d’air de 16 mm. Sur une même maison, il est possible d’utiliser le double vitrage et le simple vitrage en même temps. Le triple vitrage est à placer sur les façades nord et est qui sont exposées au froid et à la pluie.

Comment démonter un volet roulant ?

La pose d’un volet roulant est devenue presque obligatoire ces dernières années. Cela est dû au fait que ces éléments se sont montrés plus performants et fiables surtout pour sécuriser un bâtiment. Ici, nous allons nous intéresser un peu plus sur le démontage d’un volet roulant au cas où vous devriez passer par cela à l’avenir.

C’est une intervention qui mérite une bonne préparation

Après l’achat des matériels nécessaires pour l’intervention, sachez que le démontage d’un volet roulant nécessite aussi une bonne préparation. Effectivement, cela ne doit pas se faire au hasard si vous ne voulez pas avoir des problèmes à l’avenir. Ainsi, vous devriez commencer par déterminer le type de store dont vous disposez. Il est plus judicieux de s’octroyer un nouveau modèle plus moderne et capable de s’adapter à l’emplacement de votre ancien volet au cas où vous opteriez pour un remplacement. En cas de besoin, il ne faut pas hésiter à demander l’aide d’une autre personne pour réaliser l’intervention. De cette manière, vous aurez un résultat adapté à vos attentes tout en agissant plus vite que prévu.

Démontage d’un volet roulant encastré

Vu qu’un volet roulant encastré est capable d’apporter une bonne image sur la façade de votre habitation. Il faut faire attention à intervenir convenablement afin d’éviter le moindre souci à la fin des travaux. Pour le démontage, vous devriez commencer par l’identification du caisson avec son ouverture. Dans la majorité des cas, celle-ci se situe au niveau de la partie inférieure de la maçonnerie. Une fois cela fait, il ne reste plus qu’à dégager le couvercle du caisson afin que vous puissiez dégager les butoirs en gomme tout comme le cache-coin.

Pour enlever la sangle, il suffit de laisser dérouler le tablier jusqu’à la fin pour que vous puissiez atteindre les fixations au niveau des lames. Il ne reste plus qu’à tourner le tube pour dérouler la sangle et faciliter son démontage sur son emplacement. Il faut noter que vous ne serez pas toujours obligé d’enlever la sangle. Pour cela, il suffit de le maintenir à l’intérieur de son enrouleur en faisant un nœud. Quant au démontage des lames, vous n’aurez qu’à faire descendre le tablier tout en remontant vers le caisson en partant du bas vers le haut.

Démontage d’un volet roulant extérieur

Dans la plupart des cas, un volet roulant extérieur est installé en haut de la maçonnerie à cause de son côté encombrant. Certes, cela peut vous compliquer l’ouverture du caisson. Il faut admettre que cela vous facilitera l’ouverture du caisson. Vous ne devriez avoir aucun mal à trouver les vis qui tiennent le couvercle du caisson. Plus précisément, ces accessoires sont répartis sur le côté gauche et le côté droit du caisson en question. Pour le reste, vous pourriez agir de la même façon qu’avec le démontage d’un volet roulant encastré jusqu’au démontage du tablier. Concernant les lames en particulier, il vous est recommandé de les enlever du haut vers l’extérieur après avoir suivi le processus de démontage. Vous voulez enlever complètement le caisson ? Dans ce cas, il faut commencer par enlever le volet avant la sangle et tout ira bien.

Un volet roulant pour protéger vos fenêtres

Si un volet roulant se rencontre de nos jours dans de nombreuses résidences particulières comme dans plusieurs locaux professionnels, c’est qu’il dispose de nombreux atouts intéressants. Son fort engouement n’est sûrement pas un hasard. Sa grande réussite ne se repose non plus sur l’aspect esthétique. Cette installation assure une bonne sécurité. En plus de protéger ses utilisateurs, un volet roulant sécurise les fenêtres de celle-ci. Découvrez dans ce présent article tous les atouts d’un volet roulant.

Volet roulant, une bonne protection pour les fenêtres

Pour sécuriser ses fenêtres, rien de tel qu’un volet roulant. Connu pour sa grande résistance, ce dernier assure efficacement la protection des fenêtres. Une fois fermé, un volet roulant est impossible à ouvrir, ce qui limite toute tentative d’effraction à vos fenêtres. Comme vous le savez sans doute déjà, les grandes majorités des cambrioleurs sautent par la fenêtre. D’autant plus, un volet roulant résiste à tout choc. Il est impossible à forcer. En outre, cette installation permet de protéger les fenêtres contre les intempéries et les différents changements climatiques. Comme vous le savez sans doute déjà, le vent, les eaux de pluie, le gel du froid, les rayons UV du soleil vont encrasser avec le temps vos menuiseries. D’où l’importance de mettre en place un volet roulant. Avec cette installation, toutes ces intempéries ne peuvent pas atteindre vos fenêtres. De ce fait, celles-ci vont profiter d’une durée de vie assez allongée.

Volet roulant, les autres avantages

En plus de sécuriser les fenêtres, un volet roulant dispose d’autres atouts indéniables. Cette installation reste un excellent moyen de préserver votre intimité. Il permet d’offrir de l’obscurité totale dans votre habitation, et ce, dans n’importe quelle heure de la journée. De ce fait, vous pouvez vous reposer à tout moment. D’autant plus, un volet roulant assure une meilleure isolation phonique. Vous serez bien protégé des bruits de l’extérieur durant vos heures de repos. De même, il optimise l’isolation thermique de votre habitation, ce qui vous permet de réaliser de réelles économies d’énergie.

Un volet roulant vous permet également d’offrir un excellent confort au quotidien. En effet, il se montre très pratique. Pour un volet manuel, vous n’avez qu’à faire tourner la manivelle ou la sangle. Quant au volet électrique, le confort est d’autant plus optimisé. En effet, vous n’êtes plus obligé d’ouvrir et fermer manuellement votre installation. L’ouverture et la fermeture se font à distance avec une télécommande ou encore un interrupteur mural. Pour les modèles performants, il est possible de les programmer selon votre rythme de vie. En effet, les volets s’ouvrent et se ferment à une heure précise. Aussi, il vous est possible de centraliser la commande pour plus de confort. Effectivement, tous les volets se mettent en même temps à s’ouvrir et se fermer.

En outre, un volet roulant s’adapte à tous les types de fenêtres. Il peut être mis en place aussi bien en rénovation comme en construction neuve. Il existe dans de nombreux matériaux, coloris et finitions. Toutes les dimensions sont possibles. De plus, vous pouvez réaliser d’équipement sur mesure.

Les différentes techniques de pose d’une fenêtre

Bien avant de réaliser la pose d’une fenêtre tout propriétaire doit être en mesure de connaitre les types de pose avec lesquels il est possible de choisir. Ainsi, il sera plus facile d’adapter les techniques requises avec la configuration de la maison. Il est aussi à noter que chaque type présente des avantages et des inconvénients qui peuvent fluctuer en fonction de chaque situation. Ce qui implique que toutes les techniques ne sont pas favorables à tout le monde. Voici donc toutes les manières possibles d’installer une fenêtre.

La pose en applique

Avec cette technique, la menuiserie est directement fixée à ras du mur intérieur avec un doublage isolant. Il est important de savoir que ce type de pose est spécialement adapté à une nouvelle construction parce que s’il s’agit d’une rénovation, d’autres travaux peuvent être encore nécessaires. Toutefois, cela ne signifie pas qu’il n’est pas possible de le réaliser en rénovation parce que c’est tout à fait possible si la maçonnerie est mise à nue et que l’isolation intérieure est prévue. Ici, la menuiserie est fixée par des pattes ou équerres vissées chevillées autour de la baie sur la paroi intérieure. Pour le doublage isolant, il vient compléter le rebord de la fenêtre pour apporter plus de confort.

La pose en feuillure

Ce type de pose est propre aux maisons anciennes. Alors, quelques travaux sont à prévoir pour sa réalisation. Il s’agit ici d’encastrer la feuillure sur le côté intérieur du mur. Il est parfaitement possible d’effectuer cette méthode dans une rénovation si on ne conserve pas le dormant de l’ancienne fenêtre parce qu’en retirant la totalité de la menuiserie, il reste une feuillure. Du côté intérieur, une feuillure est réalisée dans la maçonnerie sur deux ou trois côtés de la baie. Puis, son appui reçoit directement la traverse basse du dormant.

La pose en tunnel

Aussi appelée pose en tableau, ce type de pose est adaptée à une maçonnerie disposant d’assez d’épaisseur. Toutefois, il n’est pas nécessairement obligatoire qu’elle soit pleine. Avec cette technique, le dormant se place au nu intérieur, à mi-épaisseur ou au nu extérieur de la façade. Pour une rénovation, il se pourrait que les côtes de la menuiserie standard soient inférieures à celle du tableau. Pour effectuer cette pose, il faut considérer trois mesures nécessaires : la hauteur du tableau, la largeur du tableau et la hauteur de l’allège.

La pose en rénovation

Les trois techniques que nous venons d’expliquer concernent généralement la construction neuve, mais pour une pose en rénovation, le but est d’installer de nouvelles fenêtres sur le cadre des anciennes. De ce fait, il est important d’assurer que le cadre est suffisamment stable et solide avant d’appliquer la méthode qui correspond son état. Généralement, les propriétaires choisissent une technique similaire à celle de l’installation des anciennes fenêtres pour ne pas effectuer des travaux d’adaptation au niveau du bâti. Donc, les mesures à prendre sont les mêmes que celles qui ont été prises lors de l’installation précédente.

Volet électrique : moteur filaire ou sans fil ?

En raison du confort d’utilisation qu’il offre, le volet électrique séduit actuellement de plus en plus d’utilisateurs. Il existe nombre de modèles de volet électrique sur le marché, mais l’on peut les catégoriser dans deux grandes familles : avec un moteur filaire ou avec un moteur sans fil. L’un comme l’autre, procure plusieurs avantages. Cependant, ce n’est pas si évident de prendre une décision par rapport au type convenable pour chaque foyer. Voici des informations détaillées concernant les deux modèles.

Pourquoi un volet électrique filaire

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un équipement qui demande un câblage et un raccordement avec le réseau d’électricité central de la maison. De ce fait, c’est un système qui apporte une sécurité optimale. L’utilisation de ce genre de volet est fiable parce que les câbles permettent d’alimenter le volet sans interruption. C’est justement pour cette raison que c’est l’équipement couramment utilisé, que ce soit chez les professionnels que chez les particuliers. Pour activer ce genre de volet, il est nécessaire de disposer d’un interrupteur mural qui est relié au circuit électrique de votre maison.

Pour les constructions neuves, il est recommandé d’utiliser un volet électrique filaire parce qu’ainsi, l’encastrement des inverseurs dans le mur est facilité. Toutefois, parce qu’il s’agit d’une installation très technique, vous aurez besoin de l’intervention d’un professionnel pour réaliser sa mise en place. Ce qui implique que vous devez prévoir un budget pour les frais de la main d’œuvre afin de garantir le bon fonctionnement de votre appareil.

Volet électrique sans fil, une technologie de pointe dans votre maison

Avec l’évolution technologique d’aujourd’hui, il est très courant que les propriétaires choisissent un système intelligent chez eux. Et le volet électrique sans fil fait partie de ce genre d’innovation. Dans les maisons en rénovation, le choix d’un moteur radio est plus fréquent parce que la domotique s’invite à la maison. Avec ce système, les utilisateurs ont le choix entre une télécommande murale accrochée au mur ou une télécommande portative qui peut être utilisée partout dans la maison. Justement, c’est l’une des raisons qui séduisent les utilisateurs à opter pour cette solution.

Le volet électrique sans fil est à la fois très pratique et très esthétique. Qui plus est, le moteur est très facile à installer parce qu’il vous suffit de vous référer à la notice d’installation pour réussir sa pose. Vous pouvez également centraliser la gestion de tous vos volets et avoir un contrôle optimal sur votre ouverture.

Lequel choisir ?

En réalité, tout dépend de vos exigences en termes de sécurité et de confort d’utilisation, mais l’un comme l’autre est une solution satisfaisante. De ce fait, afin d’effectuer un choix efficace, vous devez prendre un rendez-vous avec professionnel pour vous guider sur le système correspondant à votre situation et celle de votre maison.

Par ailleurs, vous devez également réaliser un comparatif de qualité et de prix avant de prendre une décision parce qu’il s’agit d’un investissement important. Après, votre budget joue également un rôle important dans votre choix.

Quel matériau privilégier pour sa véranda ?

Vous souhaitez entamer un projet de construction de véranda ? Dans ce cas, la première question que vous devez poser est : quel matériau choisir pour sa future véranda ? Actuellement, on peut recenser quatre matériaux pour la conception d’une véranda. À savoir, l’alu, le bois, le PVC et le fer forgés. Il faut souligner que c’est le matériau qui va déterminer l’apparence, la durabilité de votre véranda. Voici un petit tour d’horizon pour vous aider à trouver facilement le matériau pour votre véranda.

La véranda en PVC

Si vous faites parties des personnes souhaitant privilégier une véranda à la fois économique et parfaitement design, la véranda conçue en PVC est faite spécialement pour vous. Souvent présentée en kit, la véranda PVC fait partie de l’un des matériaux les moins onéreux et dispose d’un excellent rapport entre qualité et prix. Également, le PVC est facile à entretenir et reste résistant face à l’usure. Autrefois, le PVC n’est disponible qu’en couleur blanche. Désormais, les vérandas PVC peuvent être conçues dans différents coloris. Côté isolation, la véranda en PVC possède d’excellentes isolations thermique et phonique.

La véranda en bois

Pour profiter pleinement d’une excellente isolation thermique et phonique, rien de mieux que d’opter pour véranda en bois. À la fois chaleureuse et naturelle, la véranda a actuellement le vent en poupe. Pourtant, selon le type de bois utilisé, un entretien régulier s’impose. Afin que son aspect ne grise avec le temps, le mieux serait de traiter sa véranda en bois tous les deux ans. Pour un bois durable, on vous recommande de miser spécialement pour le bois exotique. Côté prix, la véranda fabriquée en bois figure parmi les vérandas les plus abordables.

La véranda en alu

En ce qui concerne la véranda en alu, celle-ci connaît parfaitement un regain notamment pour ses caractéristiques tellement attirantes. Tout d’abord, si la véranda conçue en aluminium reste le plus plébiscitée d’aujourd’hui, c’est notamment pour sa facilité d’entretien. Pour ce faire, il suffit uniquement de le nettoyer via éponge imbibée d’eau savonneuse et le tour est joué. Parfaitement inoxydable, l’un des avantages considérables de ce type est sa résistance incomparable ainsi que sa capacité d’isolation. Grâce à un système de rupture de pont thermique, l’aluminium est désormais un excellent isolant. Sans oublier qu’une véranda en aluminium bénéficie d’une durée de vie incomparable. Malgré cela, son coût reste onéreux sur le marché. Mais il s’agit d’un bon compromis entre qualité et praticité.

La véranda en fer forgé

La véranda en fer forgé fait office de véranda traditionnelle. Ce modèle-ci est dédié spécialement pour ceux qui souhaitent miser sur le prestige. Contrairement à une véranda en bois, en alu et en PVC, celui-ci ne dispose pas les mêmes caractéristiques et résistances. Pourtant, elle confère un aspect rétro et des environnements dits classiques. Attention toutefois, car lorsqu’on évoque « prestige », on pense tout de suite au budget. Souvent fabriquée sur mesure par des fabricants qualifiés, l’installation de ce dernier type se fera des plus aisées.

Coffre volet roulant apparent à cacher

Un certain nombre de personnes équipent actuellement leur espace de vie ou de travail par des volets roulants. La particularité des volets roulants c’est qu’ils disposent d’un coffre (appelé aussi caisson) qui peut être visible aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur des bâtiments sur lesquels ils sont installés. Ces caissons peuvent nuire à l’esthétique des bâtiments en question puisqu’ils ne s’intègrent pas souvent au décor existant. Sachez qu’il est tout à fait possible de cacher ces coffres des volets roulants apparents.

Les volets roulants et leur coffre

Les volets roulants conquièrent de plus en plus le cœur des gens en raison des multiples avantages qu’ils procurent : plus d’économie d’énergie et aussi plus de sécurité. Un volet roulant est notamment un équipement qui se place devant une porte, une fenêtre ou une baie vitrée pour. Il sert à optimiser la protection des maisons contre les effractions et la perte de chaleur. Le volet roulant garantit une plus importante isolation de la maison et réduit donc la consommation d’énergie de chauffage de la maison. Par ailleurs, la plupart des volets roulants sont maintenant motorisés et sont ainsi plus faciles à utiliser. Un volet roulant est un kit composé de plusieurs parties : tablier (ou lame), coulisse, appui et coffre. Le coffre est notamment un équipement dans lequel s’enroule le tablier du volet roulant vient s’enrouler lors de son ouverture. Le coffre doit donc avoir un volume suffisant pour supporter ce tablier. C’est pour cette raison qu’il a une forme bombée qui le rend facilement apparent et inesthétique.

Comment dissimuler le coffre de volet roulant visible ?

Pour que le coffre d’un volet roulant ne porte pas atteinte au décor intérieur et extérieur de votre maison, vous devez le cacher. Il faut tout simplement faire preuve d’un minimum d’imagination.

D’abord, vous pouvez régler le problème à la racine lorsque vous installez vos volets roulants sur une construction neuve. En effet, vous pouvez par exemple installer un volet roulant incorporé appelé aussi bloc volet roulant intégré ou bloc baie. Ce modèle de volet a l’avantage d’être plus esthétique puisque son coffre est intégré dans le mur et est donc moins apparent. Toutefois, il faut noter qu’un volet roulant même intégré dans un mur doit toujours rester accessible (il ne doit pas être totalement incorporé dans le mur) pour assurer son entretien en cas de panne.

Par ailleurs, lors d’une construction neuve, vous pouvez aussi demander conseils à votre architecte sur les manières de cacher le coffre des volets roulants que vous projetez d’installer. En effet, vous avez plus de latitude dans le choix de l’emplacement de vos volets roulants sur une construction neuve. Vous pouvez notamment placer vos volets roulants à un endroit où leurs coffres sont moins apparents de l’intérieur ou de l’extérieur d’une maison (sous un débord de toit par exemple).

L’installation d’un lambrequin devant le coffre d’un volet roulant est aussi un excellent moyen de cacher un volet roulant apparent à l’extérieur. D’ailleurs, le lambrequin est un accessoire de décor hors du commun qui peut très bien être placé sur une construction neuve que sur une rénovation.

Concernant particulièrement le coffre de volet roulant visible de l’intérieur de la maison, vous pouvez le cacher à l’aide d’un rideau, d’une plaque en bois. Tout ceci à condition qu’ils n’entrent pas en contradiction avec votre décor intérieur. En outre, si le coffre est fait en bois, vous pouvez aussi le peindre aux couleurs de la pièce dans laquelle votre volet roulant se trouve.

Dimension de ses fenêtres, comment les calculer ?

Vous souhaitez réaliser des travaux de rénovation afin d’embellir vos fenêtres ? On vous recommande donc de commencer votre projet par la prise de mesure de vos menuiseries. C’est un critère à ne pas négliger si vous avez besoin de profiter d’une installation performante et durable. C’est aussi une étape indispensable si votre but est d’assurer l’isolation de votre maison avec un vitrage de qualité. On vous propose donc de trouver dans cet article les astuces à suivre pour prendre les mesures de vos fenêtres.

Préparation avant la prise de mesure

Pour réaliser ce projet, il est important de vous munir des outils nécessaires. En effet, vous pouvez mesurer vous-même vos fenêtres. Pour cela donc, vous aurez besoin d’un mètre, d’un carnet, d’un crayon, d’une corde et des gants de travail. Une fois que c’est fait, vous devez également penser au type de votre fenêtre. C’est à vous donc de choisir entre la pose en applique, en tunnel, en feuillure et en rénovation.

La prise de mesure de vos fenêtres

Avant de commencer votre opération, on vous recommande d’enlever les battants de vos fenêtres. En effet, ces derniers risquent de vous encombrer. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à demander à votre voisin ou vos amis.

Pour prendre les mesures de vos fenêtres, vous pouvez réaliser la mesure horizontale qui va de droite à gauche du battant. Ensuite, vous pouvez prendre la mesure verticale qui va de haut en bas du battant. La mesure des diagonales va du coin supérieur au coin inférieur opposé du battant. Et en ce qui concerne la mesure de l’allège, elle consiste à mesurer la distance entre le sol et l’appui de votre fenêtre.

Lors de la prise de mesure de votre fenêtre, n’oubliez pas de noter les mesures et de conserver la plus faible dimension.

Prendre les mesures selon le type de pose de votre fenêtre

Pour la réalisation de cette opération, vous pouvez demander l’aide d’un professionnel. Mais, si vous êtes un bon bricoleur, on vous propose de suivre ces quelques conseils.

Pour une pose en tunnel qui consiste à poser le bâti dans l’épaisseur du mur, vous devez prendre les mesures de l’épaisseur du mur entre votre fenêtre et l’extérieur. Si cette mesure dépasse les 4,5 cm, vous pouvez réaliser une pose en tunnel.

En ce qui concerne la pose en applique, vous devez tenir compte de la mise en place d’un doublage isolant à l’intérieur de votre mur. Pour mesurer ce type de pose, on vous conseille de tenir compte de l’épaisseur du bâti. Il s’agit de l’écart entre le mur extérieur et l’extrémité du bâti. Si la mesure est supérieure à 6 cm, cela veut dire que vous pouvez réaliser une pose en applique.

Peu importe le type de votre pose de fenêtre, on vous recommande toujours de demander l’avis d’un artisan ou d’un expert en mise en place de fenêtre pour réaliser cette opération. La prise de mesure d’une fenêtre n’est pas à prendre à la légère. Cette solution vous permet de profiter d’une installation durable et de qualité.

Fenetres qui se referment toutes seules, comment faire ?

La domotique est un domaine qui est de plus en plus populaire auprès des particuliers, dans la mesure où il permet de bénéficier d’une maison hautement pratique. Parmi les actions dont il est possible de bénéficier grâce à la domotique, on peut mentionner l’ouverture et la fermeture automatique des volets.

Présentation de la domotique

Au cours des décennies passées, plusieurs évolutions ont été effectuées dans le monde de la technologie, et plusieurs domaines ont pu en profiter, dont celui de l’immobilier en général. Plus précisément, le confort intérieur des maisons a pu bénéficier des différentes découvertes technologiques de ces dernières années, et cela peut s’observer grâce à l’essor de domaine comme la domotique. Il s’agit d’un domaine qui vous permet d’automatiser une bonne partie des tâches au sein de votre maison, et de confier le tout à une unité de commande.

Acheter une unité de domotique ne vous coutera pas plus de quelques centaines d’euros, et les avantages qu’il vous est possible d’en tirer en valent franchement la peine. Par exemple, il vous est possible de prendre le contrôle à distance de plusieurs éléments de votre maison, comme le thermostat. En reliant le système de chauffage à votre élément de domotique et en utilisant l’application mobile qui convient, vous pouvez gérer la température de votre domicile en utilisant une tablette électronique ou bien votre smartphone.

Automatiser la fermeture des fenêtres

L’une des choses que vous pouvez faire au moyen de la domotique est de programmer l’ouverture et la fermeture de vos volets. Cependant, il y a certaines conditions à respecter pour que cela soit effectif, dont faire l’acquisition du type de volet qui convient. Le volet roulant est celui qui possède les caractéristiques parfaites pour effectuer convenablement cette tâche, dans la mesure où il est possible de greffer une motorisation à celui-ci afin que le tout puisse être gérable par votre unité de domotique.

Vous avez deux options possibles : installer un volet roulant puis motoriser celui-ci, ou bien faire l’acquisition d’un modèle qui dispose déjà d’une motorisation. Selon les cas de figure, l’une ou l’autre de ces options pourrait être moins onéreuse. Si vous disposez déjà d’un volet roulant, vous n’avez pas besoin de remplacer celui-ci par un modèle à moteur, et il vous suffit d’y ajouter une motorisation. Ensuite, il faut simplement faire le relai avec votre unité de domotique, et indiquer les heures auxquelles vous souhaitez que l’ouverture ou la fermeture se fasse.

Trouver un bon volet roulant

Vous avez actuellement plusieurs modèles de volets roulants qui se présentent à vous et entre lesquels il vous est possible de prendre une décision. Pour les découvrir, il vous faut simplement vous rendre sur internet pour faire quelques recherches. Ne faites surtout pas l’erreur de vous lancer dans l’achat du premier modèle sur lequel vous tombez.

À la place, il est préférable de comparer plusieurs options entre elles afin de permettre à celle qui est la plus avantageuse de se démarquer plus facilement. Ce n’est qu’ainsi qu’il vous sera possible de faire l’acquisition d’un modèle de volet roulant qui puisse répondre au mieux à l’ensemble de vos nécessités sur ce plan.